Taf Taf juin 2022 - n°25

Depuis bientôt 3 mois, un étrange paradoxe traverse notre vieille Europe, surtout depuis que la guerre entre l’Ukraine et la Russie a démarré. En effet, des flots de réfugiés venant de l’est arrivent dans tous les pays limitrophes du conflit et même en France où nous avons déjà accueilli plus de 70 000 d’entre eux. Situation complètement normale dans une époque de conflit où nous nous devons de recevoir toutes ces populations démunies qui ne savent où aller pour se protéger des bombes et des conditions extrêmes. Mais il y a un mais, dans le même temps, nous repoussons en Méditerranée des embarcations de fortune pleines d’Africains qui cherchent à tout prix à rejoindre l’Europe pour échapper à des conditions de vie précaires. Même si ce n’est pas forcément la guerre telle que nous la vivons en Europe, la guerre à laquelle ils sont confrontés est beaucoup plus sournoise. Manque de développement, manque de nourriture, manque d’eau, manque d’avenir pour eux et leurs familles avec comme seul espoir traverser la Méditerranée pour essayer d’avoir une vie plus digne.

Que se passe-t-il pour que, d’un côté, nous accueillions à bras ouverts les pauvres de l’Est Européen et que nous refusions les pauvres venus d’Afrique, de Lybie, d’Irak, de Syrie ou du Yémen. Classons-nous les individus entre bons ou mauvais ? Sur quels critères ? La couleur de peau, la religion seraient ils des critères pour choisir ?

Si tel est le cas, comme la géopolitique semble le démontrer, nous nous devons au sein de notre association de continuer à aider ce continent oublié et ostracisé qu’est devenu l’Afrique. La misère africaine n’intéresse pas nos gouvernants occidentaux. Pour eux, il faudrait presque l’oublier.

Enfance Action se doit de toujours chercher à développer ces pays afin qu’ils puissent s’en sortir seuls un jour grâce à l’éducation, au savoir et au courage.

Documents à télécharger

Revenir en haut